Sports

Histoire des carabines

L’histoire des armes à air comprimé remonte au milieu du XVIe siècle, lorsque les armuriers européens ont développé des modèles qui n’utilisaient pas de poudre et étaient relativement silencieux. Les carabines à air précomprimé (appelées PCP) de fabrication artisanale, utilisées pour la chasse au petit et au gros gibier, pouvaient tirer des munitions de 12,8 mm à plus de 300 m/s. Comme la plupart des armes à feu, celles-ci ont évolué à partir de conflits de guerre.

Des carabines inaptes pour la guerre

Les Autrichiens les ont utilisés contre Napoléon lors de la rébellion tyrolienne à la fin du XVIIIe siècle. Ces armes à répétition tiraient des munitions au plomb de calibre .44, avec une portée effective allant jusqu’à 130 m. Cependant, les problèmes de chargement ont rendu ces armes impraticables pour la production de masse. Les fusils à poudre sont alors devenus inexorablement l’arme à feu des conflits modernes.

L’apparition des carabines à ressort et à piston

Au début du 20e siècle, apparaissent les premières carabines à plomb à ressort ou à piston, généralement utilisées dans les foires nord-américaines pour le tir sur cible. Les calibres utilisés ont été considérablement réduits, passant d’armes de .5 à .22. Après la Seconde Guerre mondiale, les armuriers allemands censurés pour les restrictions de guerre imposées à leur pays, se sont consacrés à la conception d’armes à air comprimé.

Des armes dorénavant prises au sérieux

C’est ainsi qu’en 1984, ces carabines considérées comme des « armes jouets » deviennent un outil, lorsque le tir sportif est classé comme discipline olympique. L’évolution technologique fit réapparaître le PCP, ceux à ressort ou à piston furent notablement améliorés, et les modèles CO2 apparurent.

Les différentes carabines

Ressort ou piston : ces armes se caractérisent par le canon cassant. Elles sont relativement peu coûteuses, car en n’ayant pas de système de charge avancé, les coûts de fabrication sont réduits. Leur précision est acceptable et, lorsqu’elles sont utilisées correctement, elles ne nécessitent généralement pas d’entretien immédiat. Elles ont un certain respect dans la communauté des tireurs sportifs, car elles représentent la « vieille école », une arme presque rustique qui évoque quelque chose d’artisanale dans sa construction et son utilisation.

Ces carabines, comme la plupart des carabines à air comprimé, sont disponibles en calibres 4,5 mm et 5,5 mm. La vitesse initiale du canon, en moyenne, est d’environ 220 m/s en 4,5 mm et 180 m/s en 5,5 mm. Cet aspect dépend de la qualité des matériaux utilisés par le fabricant et, généralement, détermine le prix de l’arme. Le fonctionnement de ces modèles se fait par l’intermédiaire d’un piston qui, lorsque l’arme se casse pour la charger, repousse un ressort qui le prépare à tirer.

PCP

Les carabines PCP sont actuellement l’élite du tir à l’air comprimé. Sans aucun doute, elles offrent la vitesse initiale la plus élevée et sont précises au millimètre près, bien qu’elles soient quelque peu bruyantes (certains modèles ont un silencieux intégré).

Si vous souhaitez pratiquer la chasse, le PCP est le meilleur système, puisque les modèles actuels peuvent accumuler une quantité d’air important. Le principe de tir est similaire à celui des fusils à ressort : de l’air, pré-comprimé dans un tube (généralement sous le canon), est libéré par une valve lorsque la détente est enfoncée, entraînant le plomb qui bloque la chambre à air.

Les valves des carabines modernes vous permettent de réguler la quantité d’air injectée à chaque coup, vous permettant de perdre un peu de puissance, mais d’obtenir un plus grand nombre de coups ou vice versa. La vitesse de ces carabines est assez élevée, avec des valeurs pouvant dépasser, en moyenne, 340 m/s en 4,5 mm et 270 m/s en 5,5 mm.

Bien qu’elles puissent sembler complexes, l’entretien d’une carabine PCP est assez simple, se limitant à un nettoyage général avec une cartouche d’air comprimé. Selon la munition utilisée (qualité, caractéristiques, forme), des traces de plomb vont rester dans le canon, car une pastille de mauvaise qualité se déforme et parfois ne rentre pas tout à fait dans le canon. Il existe plusieurs façons de remplir le réservoir d’air, mais la plus efficace et la moins chère est un gonfleur à pompe similaire à celui des vélos.

CO2

Cette forme de propulsion est la plus chère car elle utilise des cartouches de gaz comprimé pour charger l’arme. De plus, selon le climat, elle peut offrir des performances inférieures ou supérieures, car la densité du fluide varie. Par exemple, par temps chaud, la vitesse initiale sera plus élevée, et vice versa par temps froid, causant des problèmes de visée potentiels.

Parfois, le gaz est si sensible que les différences de température entre le matin et l’après-midi marquent généralement des changements dans le point d’impact des munitions et la performance totale de la cartouche de gaz. D’un autre côté, elles sont beaucoup plus bruyantes que leurs pairs PCP pour la puissance qu’elles développent, de sorte que leur utilisation pour la chasse sportive ou la lutte antiparasitaire est plus restreinte.

Related posts

Comment faire du football votre métier ?

Zoom sur le yoga

Comment trouver le maillot qui vous convient ?

Combien coûte des cours de natation

La table de massage pliante: Quels sont les critères d’achat et quels en sont les multiples avantages?

Les avantages d’utiliser des bandes de résistance

Comment avoir une musculation parfaite ?

Quels équipements choisir pour commencer la pratique du vélo ?

Sur le ring, conseils et précautions avant le combat