Image Son Video Spectacle

Comment réussir une photo nature ?

Comment réussir une photo nature ?
Notez cet article

Après avoir admiré quelques belles photos nature dans une magasine, une grande envie s’est réveillée en vous, grand admirateur de bon paysage et fort défenseur des animaux comme vous êtes, vous vous êtes dit que devenir photographe nature ne devrait pas être très difficile pour vous, peut-être bien que oui ! Mais cette passion n’est pas faite pour tout le monde, même équipé des plus performants des matos, le résultat est loin d’être garanti. En fait, pour être plus précis, avoir de bons équipements ne servira à rien sans les qualités. Donc avant d’aller plus loin, assurez-vous que vous êtes fait pour ça. Être un photographe nature n’est pas à la portée de tous, il faut bien plus que les techniques de base pour une belle clichée nature. Posez-vous donc la question, si vous avez les qualités suivantes, ne répondez pas tout de suite, allez sur le terrain et observez.

PLUS NATURALISTE QUE PHOTOGRAPHE

Et être un simple amoureux de la nature ne suffira pas non plus. Vous êtes un adepte de pique-nique/randonnée/camping, c’est déjà bien, mais encore loin de suffire, ça aidera bien sûr, mais ce n’est pas encore tout à fait çà. Votre chance est quasiment nulle, si vous sortez le soir, équipé de votre sac de couchage et votre appareil photo, et pensez rentrer le matin avec plein de photo de chouette par exemple. D’abord, observez votre sujet, son espace de vie, devenez-en un spécialiste, et tout ça sans votre appareil photo. Passez beaucoup de temps dans la nature, comprenez et maitrisez votre sujet, connaitre ses habitudes vous permettra d’anticiper et de vous adapter, parce qu’il ne le fera pas pour vous, il ne se mettra pas dans l’angle que vous voulez, dans la bonne lumière comme vous pourriez demander aussi facilement avec votre modèle dans tout autre domaine de la photographie. Et même, armé de toutes les connaissances requises sur le mode de vie de l’animal, il est arrivé aux meilleurs photographes nature de rentrer bredouille, mais ils ne se sont pas désespérés pour autant, au contraire, ils ont même pris plaisir et ont cherché à en savoir davantage parce qu’il y a encore eu quelques choses qui leur échappaient à l’origine de cet échec. C’est cette raison qui fait qu’il faut plus être un naturaliste qu’être photographe. Et vous allez devoir tout recommencer autant de fois que vous allez changer de sujet, parce que la technique que vous avez adoptée pour photographier un lièvre vous sera inutile face au faucon par exemple. Vous documenter aussi, vous rendra la tâche plus facile et plus rapide, des ouvrages, des émissions radio, des documentaires à la télé, l’internet. Participez à des stages photographe nature vous enrichirez beaucoup, grâce aux transferts de connaissances avec les formateurs et partages avec les autres participants. Eh oui, c’est déjà beaucoup, mais vous vous dites que c’est exactement comme vous avez envisagé, alors nous pouvons continuer.

UNE BONNE DOSE DE PATIENCE

Et quand on dit ici une bonne dose, c’est vraiment beaucoup. Si vous vous mettez dans tous les états en attendant votre prochain bus, passez votre chemin. Si pour vous, être caché dans un petit buisson, dans une position inconfortable, plusieurs heures, pour juste quelques clichés d’un renard sortant de son terrier n’en valent pas la peine, pensez à autre chose, vous allez sûrement vous distinguer dans d’autres domaines de la photographie. Là, maintenant, vous vous dites dans la tête que nos phrases là, sont un peu dures : ben oui ! C’est fait exprès, mais ce n’est pas pour être méchant, juste pour vous faire comprendre les exigences de cette passion, beaucoup d’entre nous se sont laissés tenter par l’aventure, mais ont été contraint d’abandonner sans même venir au bout du premier essai. Mais pour vous, nous voudrions que ce soit diffèrent, assurez-vous que vous avez l’étoffe avant de vous lancer, parce que tout le monde ne peut pas être photographe nature, ou plus dure encore, tout photographe nature ne peut pas être bon.

Contrairement à ce que vous pourriez faire en photographiant votre modèle en studio, en demandant de reculer, de vous pencher, de vous tourner, de sourire, de regarder l’objectif, vous ne pourriez pas faire autant avec la nature, c’est à vous de vous plier en quatre pour un meilleur résultat. Même avec une connaissance aiguisée sur votre sujet, il peut arriver que celui-ci ne veuille pas montrer le bout de son nez, alors dans ce cas, qu’est ce qu’il faut faire ? Il n’y a rien d’autre à faire qu’attendre qu’il se montre, et après avoir attendu longtemps, mais qu’il ne s’est pas encore montré, vous avez deviné ! Il faut attendre davantage.

DE LA PERSEVERENCE

Il en faut plus dans ce domaine que dans d’autres, parce que réussir d’un coup, c’est assez rare, même pour le meilleur d’entre nous. Dans tout ce que nous pouvons entreprendre, persévérance est mère de réussite, mais ça l’est encore plus dans notre monde, que ce soit moralement ou physiquement. Tout le monde sait que la meilleure chose à faire après un échec s’est recommencée, même après une série d’échecs, c’est la seule chose à faire, mais ce n’est pas tout le monde qui en fait autant. Si l’abandon n’existe pas dans votre dictionnaire, vous ferez sûrement un bon photographe nature. Après tout, l’échec n’en est pas une punition en soi, c’est le meilleur des professeurs.

Nature – Patience – Persévérance, ce sont là les ingrédients complets pour faire un bon photographe nature, les matériels ressemblent juste aux ustensiles pour les cuisiniers. Ce n’est pas que vous n’en avez besoin, mais vous ne pouvez pas concocter de bon petit plat sans les vrais ingrédients. Descendez sur le terrain, passez beaucoup de temps dans la nature, en lisant cet article, vous vous dites que c’est vraiment ce qu’il vous faut, mais après une ou même quelques expériences, il se pourrait que ça soit autrement. Et une fois que votre passion est bien cultivée, équipez-vous, approfondissez vos connaissances photographiques !

Related posts

Des vues aériennes avec un drone

Mieux collaborer au sein d’une entreprise

À quelles occasions faire appel à un magicien close-up ?