devenir un taxi conventionné
Auto-Moto

Comment devenir un taxi conventionné ?

Comment devenir un taxi conventionné ?
Notez cet article

Plusieurs personnes se lancent dans le transport sanitaire. Certains créent des entreprises regroupant leurs propres véhicules. D’autres opèrent en freelance, travaillant en indépendance. Avez-vous aspiré à devenir un taxi conventionné ? Sachez donc que vous devez vous plier à des contraintes spécifiques, inhérentes à ce métier. Tour d’horizon des informations à savoir et des étapes à suivre.

Les informations à savoir avant de devenir un taxi conventionné

Comme la plupart des métiers en France, le métier d’un chauffeur de taxi conventionné est déclaré, réglementé. Il n’est pas à la portée de n’importe qui. En effet, les personnes ayant déjà fait l’objet d’une condamnation ne peuvent pas devenir un taxi conventionné. Aussi, avant de pouvoir décrocher le métier, il faut que vous ayez la carte professionnelle propre au taxi conventionné. Tout taxi conventionné se dote au maximum de 8 places assisses, à part celle du chauffeur. La quasi-totalité des taxis conventionnés sont affiliés à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, d’autres non. L’idéal est de s’inscrire auprès de cette CPAM et de la sécurité sociale. Vous devez avoir un permis de conduire catégorie B. La possession du diplôme PSC1 d’une ancienneté de 2 ans minimum est obligatoire.

Obtenir la carte professionnelle de taxi

Les chambres de métiers et de l’artisanat organisent un examen dédié. Vous avez besoin de participer à cet examen. Et il faut le réussir pour pouvoir obtenir la carte professionnelle. Pour vous inscrire, munissez-vous d’un dossier comportant une photocopie recto-verso du permis B, d’un certificat médical, d’une copie ou acte de naissance. Vous devez également inclure dans votre dossier une photocopie de votre attestation du diplôme PSC1, 4 photos d’identité récentes et 3 enveloppées timbrées indiquant votre nom et votre adresse. Il faut que vous choisissiez la nature de votre examen : épreuve d’admissibilité en VTC ou taxi agréé et une simple épreuve d’admission. Pour la première option, il faut que vous ayez des connaissances sur la gestion du métier en taxi conventionné. Vous devez savoir la réglementation locale et nationale de ce domaine. La connaissance de la sécurité routière et de la réglementation du T3P (transport Public Particulier de Personnes) est une nécessité. Qu’en est-il de la simple épreuve d’admission ? Il s’agit d’une épreuve qui consiste à prendre le volant, conduire pendant vingt minutes. Pour réussir cet examen, en plus de la bonne conduite, vous devez connaître sur le bout des doigts et respecter le code de la route.

Acquérir la licence de taxi : une autre étape pour devenir un taxi conventionné

Être chauffeur de taxi conventionné est synonyme d’être chauffeur de taxi. De ce fait, vous serez soumis à certaines contraintes d’un chauffeur de taxi. Par exemple, il vous faut posséder la licence de taxi. Celle-ci se procure facilement. Mais vous avez besoin de vous rendre auprès de votre mairie. Vous vous y inscrivez en tant que chauffeur de taxi. Votre inscription doit indiquer si vous êtes le propriétaire de votre taxi ou si vous êtes un salarié d’une entreprise quelconque. La licence n’est valable que pendant seulement un an. Elle est donc à renouveler auprès de la préfecture ou mairie à chaque fois qu’elle est expirée. En fait, il est possible d’avoir la licence de taxi agréé sans vous rendre auprès de ces autorités compétentes. Vous pouvez en effet acheter celle d’un chauffeur de taxi, conventionné ou non, qui vient de cesser son métier.

 

 

 

 

Related posts

Les voitures concernées au contrôle automobile

Les effets de l’utilisation des jeux sérieux dans la formation à l’éco-conduite

Tout savoir sur la location d’autocars avec chauffeurs

Parking aéroport – les différentes alternatives

Quelques recommandations pour louer une voiture en toute tranquillité

Trouver un transporteur fiable sur Internet

Les nouveaux modes de transport urbain

Faites votre demande d’immatriculation via le web

Conducteur auto : quelle assurance choisir ?